Lunettes à réalité augmentée eSight, le retour à l'autonomie

14 Mai 2019

Commercialisées depuis février 2017 par Ceciaa, les lunettes eSight sont des dispositifs d’aide pour les personnes malvoyantes. Ces appareils de haute technologie grossissent tout ce que l’utilisateur regarde afin d’optimiser l’efficacité de sa vision résiduelle. Entretien avec Emmanuel, notre commercial basse-vision.


Qu’est-ce que l’eSight ?
L’eSight est un système de compensation visuelle. C’est le premier, et le seul à ce jour, qui peut être utilisé dans toutes les situations de la vie quotidienne. Tel un appareil auditif qui s’utilise toute la journée, l’eSight est un système qui va accompagner la personne malvoyante tout au long de ses activités.

Là où une vidéoloupe ou un téléagrandisseur sont limités à une utilisation ponctuelle ou fixe, où un monoculaire présente un champ restreint de vision, l’eSight peut se porter en continu. Il permet de voir et de reconnaître aussi bien les visages que le contenu de son assiette, son environnement immédiat ou plus lointain, les photos, la télévision… Connectable en HDMI à un écran de téléviseur ou d’ordinateur, cet appareil ouvre le champ des possibles. Il peut remplacer à lui seul tous les autres appareils de grossissement.

Comment fonctionne l’eSight ?
L’eSight se présente comme un bandeau escamotable qui vient se placer devant les yeux. Il est relié par un fil à une télécommande, sur laquelle se trouvent les commandes (grossissement, contraste, luminosité…). Le choix d’une télécommande filaire s’explique par les quantités considérables de données traitées par le système. Une connexion Bluetooth aurait demandé une batterie plus importante, alourdissant l’appareil en volume et en poids.

Une technologie de pointe
Une caméra HD à haute vitesse de 21,5 MP située sur les lunettes capte l’image de l’environnement du porteur. Particularité technologique : l’eSight est dotée d’une lentille liquide qui agit comme le cristallin de l’œil. Cette lentille liquide, tout comme le cristallin oculaire, est capable de modifier sa courbure. Elle permet à une image nette de se former. Il en résulte un passage de la vision de près à la vision moyenne ou de loin (et vice-versa) quasi-instantané.
L’image captée par la caméra est envoyée sur 2 écrans OLED*. 1 écran par œil. Un algorithme d’affichage supprime le décalage de temps entre l’acquisition de l’image et la restitution sur écran. Ceci évite ainsi les nausées inhérentes à ce type de technologie lors des mouvements (pour par exemple tourner la tête). Problème que l’on retrouve sur d’autres systèmes de réalité virtuelle.
Il est possible d’intégrer aux lunettes une correction optique.

L’eSight, c’est pour qui ?
Le système eSight s’adresse à tous les malvoyants de tous âges. Le plus jeune patient équipé par Ceciaa est un enfant de 6 ans 1/2. La plus âgée une dame de 97 ans. La cécité est exclue du champ d’utilisation de l’eSight. Il est également nécessaire d’avoir une bonne capacité à utiliser la technologie.

Les meilleurs candidats
Les meilleurs résultats sont en général obtenus avec des personnes qui souffrent de perte de vision centrale (DMLA, maladie de Stargartd…). Idéalement, il faut une vision résiduelle de 1/10e au moins. L’angle de vision résiduel est également une donnée importante : plus il est important, meilleur sera le résultat.

Il nous est cependant arrivé d’obtenir de bons résultats dans d’autres pathologies, comme la rétinite pigmentaire.

En règle générale, plus l’on est âgé, plus l’utilisation de l’eSight est difficile. Mais cela dépend également de beaucoup d’autres facteurs tels que la compréhension du fonctionnement de la technologie, la capacité à appréhender le phénomène d’apprentissage, la manipulation de la télécommande, les outils de compensation précédemment utilisés… Dans l’ensemble cela reste un outil accessible à un grand nombre de personnes.
Il faut tester !

Le résultat dépend également des attentes de chacun. Un utilisateur peut regretter de ne pouvoir conduire avec l’eSight (c’est formellement exclu), par conséquent l’appareillage ne pourra peut-être pas lui convenir. En revanche l’autonomie sera retrouvée dans la quasi totalité des autres activités de la vie quotidienne, ce qui correspondra aux attentes de la majorité des utilisateurs :
◾ enfants : enjeux scolaires, autonomie, intégration dans une école standard, inclusion
Voir notre article Témoignage : Enzo, 14 ans, utilise les lunettes eSight.
◾ adultes actifs : travailler, rester dans l’emploi, ou en retrouver
◾ personnes âgées : retrouver l’autonomie à leur domicile, pendant leurs loisirs.

Cet outil présente un intérêt à la fois social, médical et économique (retour à l’emploi), il améliore la qualité de vie.
Son coût reste élevé, près de 10 000 euros.